Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


serait-elle devenue si Grégoire l’avait abandonnée ? et tôt ou tard, cela serait arrivé !

Pendant la moitié du jour suivant, elle fut calme, silencieuse et docile, quoique le médecin augmentât ses souffrances avec ses cataplasmes et ses pansements.

— Permettez ! vous disiez vous-même qu’elle devait certainement mourir ; pourquoi alors tous ces remèdes ?

— C’était, répondit Maxime, pour tranquilliser notre conscience.

— Elle est jolie la conscience !

Dans l’après-midi, elle commença à éprouver une soif ardente ; nous ouvrîmes la fenêtre, mais dehors, il faisait encore plus chaud que dans la chambre. Nous plaçâmes de la glace près du lit : rien ne la soulageait. Je savais que cette soif est intolérable, et qu’elle est le signe précurseur de l’agonie. Je le dis à Petchorin :

« De l’eau ! de l’eau ! » dit-elle d’une voix étouffée, en se levant sur son séant.

Grégoire devint pâle comme un linge, prit un verre, le remplit, et le lui donna. Je me couvris les yeux avec mes mains, et me mis à réciter une prière, je ne sais plus laquelle, mon Dieu ! J’ai