Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ses mains derrière lui et se promenait de long en large, avec un air abattu.

— Eh bien ! quoi ! mon Dieu !

— C’est un démon ! répondit-il, et non une femme ! Je vous donne ma parole d’honneur qu’elle m’appartiendra ! »

Je hochai la tête.

« Voulez-vous parier, dit-il, que ce soit avant une semaine ?

— Soit !… »

Nos mains se choquèrent et nous nous séparâmes.

Le lendemain, il envoya un exprès pour divers achats à Kizliard. Une quantité d’étoffes persanes, très variées et d’un grand prix, lui fut apportée.

— Pensez-vous, Maxime, me dit-il en me montrant ces présents, que cette beauté asiatique résiste devant cette batterie ?

— Vous ne connaissez pas les Circassiennes ; ce n’est point là ce qu’elles préfèrent, ces Tartares du Caucase, ces Géorgiennes ! Ce n’est pas cela. Elles ont d’autres goûts et elles sont autrement élevées. »

Grégoire sourit et se mit à siffler une marche.