Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/288

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aux règles du duel ; je ne le permettrai point !

— Bien ! dis-je au capitaine ; s’il en est ainsi, je me battrai avec vous dans les mêmes conditions.

Il s’arrêta, embarrassé.

Groutchnitski attendait, la tête penchée, sur sa poitrine et avec un air consterné.

— Laisse-les faire, dit-il enfin au capitaine qui voulait arracher mon pistolet des mains du docteur : tu sais bien toi-même qu’ils ont raison !

En vain le capitaine lui fit divers signes ; Groutchnitski ne voulut pas les voir.

Cependant le docteur chargea le pistolet et me le remit. Envoyant cela, le capitaine cracha, trépigna des pieds et lui dit :

— Mon cher, tu es un fou ! si tu te fiais à moi, il fallait m’écouter en tout. C’est ton affaire, maintenant ! tu te feras tuer comme une mouche !…

Il s’éloigna en marmottant encore :

— Mais tout cela est entièrement contraire aux règles du duel.

— Groutchnitski, m’écriai-je, il en est encore temps ; rétracte tes calomnies et je te pardonne tout : tu n’as pas réussi à me tourner en ridicule et mon amour-propre est satisfaits