Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/287

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Réfléchissez bien ! Votre conscience ne vous reproche-t-elle rien ?

— Monsieur Petchorin ! me cria le capitaine de dragons : Vous n’êtes pas ici pour confesser quelqu’un ; permettez-moi de vous le faire remarquer, finissez plus vite ; si contre toute attente quelqu’un allait venir dans le défilé et nous voir.

— Bien ! docteur, voudriez-vous venir jusqu’à moi ? »

Le docteur s’avança ; pauvre docteur ! il était plus pâle que Groutchnitski dix minutes avant.

Les paroles suivantes, je les prononçai à dessein, en les scandant, à haute voix et d’une manière accentuée, comme on prononce un arrêt de mort.

— Ces messieurs, sûrement dans leur précipitation ont oublié de mettre une balle dans mon pistolet. Je vous prie de le charger de nouveau et avec soin.

— Ce n’est pas possible ! cria le capitaine : cela n’est pas possible ! J’ai chargé les deux pistolets : Est-ce que la balle du vôtre aurait glissé dehors ? Ce n’est pas ma faute ; mais vous n’avez pas le droit de le charger de nouveau… Vous n’en avez pas le droit ! C’est entièrement contraire