Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/265

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


capitaine de dragons par le bras, je suis sorti de la salle.

— Que désirez-vous ? m’a dit le capitaine.

— Vous êtes l’ami de Groutchnitski et probablement vous serez son second ?

Le capitaine s’est incliné très sérieusement.

— Vous avez deviné, m’a-t-il répondu ; j’ai promis d’être son second, parce que l’injure que vous lui avez adressée me concerne aussi. J’étais avec lui la nuit passée, a-t-il ajouté en redressant sa taille un peu courbée.

— Ah ! c’est cela. Je vous ai frappé si maladroitement à la tête ?

Il a jauni, bleui, et une fureur cachée s’est répandue sur son visage.

J’aurai l’honneur de vous envoyer aujourd’hui mon second, » ai-je ajouté en le saluant très poliment et ayant l’air de ne pas remarquer sa fureur.

Sur la porte du restaurant, j’ai retrouvé le mari de Viéra ; il m’a semblé qu’il m’avait attendu. Il m’a pris la main avec un sentiment presque enthousiaste.

« Noble jeune homme, m’a-t-il dit avec des larmes dans les yeux, j’ai tout entendu ! Quel homme détestable, sans cœur. Accueillez-le après