Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cheveux en désordre et un air désespéré ; il me paraît réellement blessé dans son amour-propre. Allons ! il est encore de ces hommes, que le désespoir amuse,

En revenant chez moi, j’ai cru remarquer que je n’étais pas satisfait ; il me manquait quelque chose ; je ne l’ai pas vue ! elle est malade ! serais-je déjà amoureux ? Quelle absurdité !




15 Juin.


À onze heures du matin, heure à laquelle la mère de la princesse va aux bains Ermoloff, je suis passé près de la fenêtre où elle rêvait ; en m’apercevant, elle s’est retirée.

Je suis entré dans l’antichambre ; il n’y avait personne, et sans me faire annoncer, selon les habitudes de la maison, j’ai pénétré dans le salon. Une pâleur profonde s’est répandue sur le joli visage de la jeune princesse ; elle était au piano, une main appuyée au dossier de son fauteuil ; cette main tremblait un peu. Je me suis approché d’elle doucement et lui ai dit :

« Vous êtes fâchée contre moi ? »

Elle a jeté sur moi un regard langoureux