Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/217

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Dites-donc, docteur ! ne m’empêchez point de me réjouir !…

— Il ne sait pas, a ajouté Groutchnitski à mon oreille, quelles espérances m’ont apportées ces épaulettes ! Oh ! épaulettes ! épaulettes ! vos étoiles sont les étoiles qui me guident. Non ! maintenant, je suis complètement heureux !

— Viendras-tu te promener avec nous sur le rempart ? lui ai-je demandé.

— Non ! parce que je ne veux me montrer à la princesse Marie que lorsque mon uniforme sera prêt.

— Veux-tu que je lui apprenne ton bonheur ?

— Non ! je t’en prie ; ne le lui dis pas ! je veux la surprendre.

— Dis-moi seulement où en sont tes affaires avec elle ? »

Il s’est troublé et s’est mis à réfléchir ; il avait envie de se vanter et de mentir ; mais il a eu des scrupules et en même temps a eu honte de dire la vérité.

« Qu’en penses-tu ? t’aime-t-elle ?

— Est-ce qu’elle aime ? quelles idées as-tu donc Petchorin ? Peut-elle aimer aussitôt ? Et