Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/208

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Cela est d’autant plus flatteur pour moi, que vous ne m’avez pas du tout écouté ; mais peut-être n’aimez vous pas la musique ?

— Au contraire, et surtout après dîner.

— Groutchnitski a raison de dire que vous avez des goûts prosaïques ; et je vois que vous n’aimez la musique, que sous le rapport gastronomique.

— Vous vous trompez encore ; je ne suis pas du tout gastronome, mais j’ai un mauvais estomac, Or la musique après dîner endort, et dormir après le dîner est fort salutaire ; par conséquent j’aime la musique sous le rapport hygiénique. Ce soir, au contraire, elle m’agite trop les nerfs ; elle me rend trop triste ou trop gai ; et c’est fort désagréable de s’attrister ou de s’égayer lorsqu’on n’a pas de raison pour cela ; surtout dans le monde, où la tristesse est ridicule, et une trop grande gaieté indécente. »

Elle ne m’a pas écouté jusqu’au bout, s’est éloignée et est allée s’asseoir près de Groutchnitski. Une conversation sentimentale s’est établie entre eux.

Il m’a semblé que la princesse répondait à ses phrases recherchées, assez distraitement et sans