Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’expression de ce regard était indéfinissable, mais un peu moqueuse. Au fond de moi-même je l’en ai félicitée de tout cœur.

— Cette princesse Marie, lui ai-je dit, est vraiment très jolie, elle a des yeux si veloutés, mais réellement si veloutés ! Je t’engage à en observer l’expression. Les cils du bas et du haut sont si longs, que la lumière du soleil ne doit pas arriver jusqu’à la prunelle. J’aime ces yeux sans éclat ; ils sont si tendres quand ils vous regardent. Il me semble du reste qu’elle n’a que cela de joli dans la figure ! Mais a-t-elle les dents blanches ? Je regrette qu’une de tes phrases pompeuses ne l’ait pas fait sourire.

— Tu parles de jolies femmes comme de chevaux anglais, m’a dit avec indignation Groutchnitski.

— Mon cher ? lui ai-je répondu, m’efforçant de copier sa manière, je méprise les femmes pour ne pas les aimer, car autrement la vie serait un mélodrame trop ridicule. »

Je lui ai tourné le dos, et me suis éloigné. Après une demi-heure de promenade dans l’allée plantée de vignes, sous une roche calcaire suspendue au-dessus de rangées d’arbres, la