Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/139

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


seulement brillaient dans la voûte sombre comme des lanternes de phare, les ondes roulaient en cadence l’une après l’autre et en murmurant soulevaient à peine une barque amarrée au rivage.

« Entrons dans la barque » me dit mon guide.

J’hésitais, car je suis peu amateur des promenades sentimentales sur la mer, mais il n’était plus temps de refuser. Elle sauta dans la barque et moi derrière elle. Je n’étais pas revenu à moi que déjà nous nagions.

« Que signifie cela ? lui demandai-je d’un ton furieux.

— Cela signifie, répondit-elle en m’asseyant sur un banc et entourant ma taille de ses mains ; cela signifie que je t’aime. »

Sa joue touchait la mienne et je sentis sur mon visage son haleine ardente. Soudain j’entends tomber à l’eau quelque chose ; je porte la main à ma ceinture, plus de pistolets ! Oh ! à ce moment un effrayant soupçon traversa mon esprit ; le sang me monta à la tête. Je regardai en arrière ; nous étions à cent mètres environ du bord et je ne savais pas nager. Je voulus me débarrasser d’elle ; mais elle, comme un chat, s’accrocha à