Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/121

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et plus petite et plus vieille que la première. Par un écroulement on descendait au bord de la mer qui mouillait les murs mêmes et au bas desquels les flots sombres rejaillissaient avec leur murmure continuel.

La lune regardait tranquillement l’élément toujours agité, mais soumis à sa puissance ; et je distinguai à l’aide de sa lumière, bien loin du rivage, deux navires dont le sombre gréement, semblable à une toile d’araignée se dessinait immobile sur la ligne pâle de l’horizon. Ce sont des navires en rade, pensai-je ; je partirai probablement demain pour Guélendjik.

J’avais à mon service un cosaque de ligne. Je lui ordonnai de décharger ma valise, de renvoyer le postillon et appelai le maître de la maison, pas de réponse. Je cognai, pas davantage.

Qui est-là ? dit enfin un petit garçon de quinze ans qui se trouvait dans le vestibule.

— Où est l’hôte ?

— Il n’y en a pas.

— Comment, il n’y en a pas ?

— Non.

— Et l’hôtesse ?