Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/99

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et Huriaux, brusquement privé de la viande qui le soutenait, quelquefois était pris de crampes d’estomac. Ils avaient eu une forte querelle à l’arrivée des meubles ; mais elle lui avait menti sur le prix ; et il s’était petit à petit apaisé devant ce luxe à bon marché qui embellissait la maison. Seulement, comme il fallait regagner l’argent de toutes ces folies, il l’encourageait dans sa lésine, se privant lui-même des trois sous de bière qui le soutenaient à son travail et de la viande d’où lui venait sa force. Mais au bout des huit jours, il se sentit tellement démoli qu’il lui redemanda sa tranche de bœuf, sans laquelle, décidément, la poigne lui manquait.

Alors elle lui fit une scène, ronchonna contre sa gloutonnerie qu’elle compara à sa sobriété à elle ; mais puisqu’il le voulait, on ferait charnage comme par le passé. Et, toute contrainte abolie devant ce retour à la dépense qu’il exigeait, de nouveau elle se laissa aller, sans compter, à son goût de la dissipation. Les gros morceaux reparurent sur la table, elle recommença ses mangeailles de sucreries, et les amies furent invitées à venir voir la fameuse chambre à coucher, l’une après l’autre. Elles arrivaient pendant l’absence de Huriaux : on cassait des galettes, on se regoulait de tarte en buvant du café et de l’anisette ; puis s’enga-