Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/73

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avant de s’engager, une prudence le prit, en métis wallon-flamand qu’il était.

— R’lève ton nez, lui dit-il, que j’te reluque. C’est-i ben sûr qu’c’est d’moi ?

Elle répondit par une petite comédie d’indignation. Il ne lui manquait plus que d’être soupçonnée ! Voilà pourtant ce qu’il en arrivait d’être trop honnête : on se met avec un homme, on crache sur tout le reste, puis on est traitée comme la première pouffiasse venue. La grosse Mimi avait été plus maligne, elle ; elle avait pris deux galants, pour être sûre qu’un des deux au moins aurait reconnu son enfant. Et il en était résulté ceci : c’est que les deux drilles s’étaient battus, chacun prétendant qu’il était le père. Maintenant elle était mariée à celui qui avait rossé l’autre. Et, montée par ses récriminations, Clarinette s’exaspéra, voulut risquer un grand coup. Elle était bien bête de lui donner tant d’explications ; elle suivrait sa première idée, irait se jeter dans la rivière. Il serait libre ainsi d’en leurrer d’aussi sottes qu’elle.

Jacques la retint par sa jupe au moment où elle allait dévaler le versant ; mais elle se débattit, et finalement il la coucha à terre, vaincue, ses poings dans les yeux, lui-même étendu près d’elle, toujours calme, lui disant :

— D’abord que c’est comme ça, faudra voir à arranger l’affaire.

Devant cette parole qui le liait, elle oublia ses feintes, se mit à le baiser à pincettes, avec des rires et des cajoleries :

— M’chéri, ti verras comme on aura du plaisir à troés. L’p’tit t’dira : papa, et mi j’t’ferai de bonnes fristouilles, avec d’la tarte to les dimanches.

Et il se laissait dire, pensant à cette vie nouvelle qui allait changer ses habitudes de garçon. Depuis la mort de la mère, il avait souvent souhaité le mariage par ennui de la maison vide, tout désheuré dans son esseulement. Régulier et nullement godailleur, il n’aimait pas les parties de cabaret, où les camarades se ruinaient au scorion, chopinait sans entraînement, le dimanche seulement s’amusait une couple d’heures à jouer aux quilles, sous les tonnelles. Il avait toujours été sérieux d’ailleurs : personne ne se souvenait d’avoir vu rire la vieille Flamande, sa mère, une grande matrone taciturne.