Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Pour ça, non, déclara nettement Clarinette.

D’abord Huriaux ignora tout ; le cœur mangé à la fois d’espérance et d’ennui, elle attendit la fin de sa lune pour lui parler avec certitude. Néanmoins elle lui gardait une rancune, arrivait maussade à leurs rendez-vous, lui marchandait le plaisir ; et il secouait la tête, très calme toujours, lui disant seulement :