Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




V



Le buron du vieux Lerminia était situé à mi-côte d’un hameau très pauvre, juché sur une butte pelée, et qu’en dérision de la misère de ses habitants, presque tous des mineurs, on appelait dans la contrée la Californie. Un semblant de rue, coupée d’une rigole où coulaient les eaux ménagères, les pissats des porcs et les déjections humaines, zigzaguait à travers l’agglomération, relié par des sentiers à la grand’route pavée filant, vers la droite, sur Happe-Chair, et de l’autre côté, longeant les acculs des marmenteaux d’un comte Barral de Marloies, vivant presque tout l’an dans ses terres de l’Ardenne. Les petits rentiers du Culot évitaient le hameau, prétendant qu’il était périlleux d’y passer : ils préféraient contourner la bosse, un ancien terri de charbonnage, où petit à petit, sous les engrais et la sueur de l’homme, avaient poussé un peu d’herbe à pâturer, quelques pommiers et dans les courtils clos de haies, des choux, des laitues, des haricots, des pommes de terre, l’unique nourriture, avec l’oing des verrats, de ces ménages vraiment maupiteux. Une centaine de maisonnettes, les unes hourdies en torchis, les autres bâties en briques sans badigeon, toutes également sales, délabrées, les toits défoncés, s’épaulaient là de guingois sur les cabossements du sol, comme déviées la plupart en un tremblement de la montagne.

Par les portes ouvertes s’apercevaient des intérieurs puants et noirs, tout grouillants de marmaille pouilleuse et de revêches maritornes, dépoitraillées, la tignasse croulante. Les hommes, occupés à la bure, aux carrières, à l’usine, quelquefois étaient vus dans leur champ, derrière la maison, avec des figures mâchurées de houille ou grasses de cambouis, remuant la terre grièche, de leurs bras lourds de douze heures de fardeaux maniés. Ils passaient pour querelleurs et pillards, robant le gibier au bois et les poules aux