Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mégère : on eut tout juste le temps de prévenir le curé du Culot : il accourut, put encore confesser le blessé.

« Si c’est que j’ suis foutu, rognonna Lerminia, j’aime autant mandgi vot’ bon Dieu qu’aut’ chose. »

Presque aussitôt, les hantises de la mort le harcelèrent : il se débattait, criait que sa femme voulait le jeter tout vivant dans les fours ; et d’autres fois, ses chicots jaunes déchaussés dans une grimace diabolique, il faisait le mouvement de pousser le chariot qui lui servait à passer les loupes, s’imaginant qu’il roulait au laminoir la tête de la grande Félicité, décapitée et mangée par les flammes.

Pendant près de deux heures, sœur Angélina et sœur Marie-Madeleine se relayèrent près du lit, chassant les grosses mouches que la gangrène attirait ; puis les bourdonnements lourds remontèrent avec les dernières clartés ; une paix s’abattit sur l’infirmerie, dans le silence des établissements, troublé seulement par le ronflement des hauts fourneaux et les fracas lointains des laminoirs ; le passeur bredouilla dans un hoquet quelque chose d’indistinct où les sœurs crurent discerner « marronne », ouvrit démesurément la bouche, expira. Et, après avoir versé quelques larmes, Clarinette, qu’on était allé chercher vers la fin de sa journée de travail, et qui était demeurée près des deux religieuses, les lèvres machinalement remuées par une prière, se leva, gagna la rue, ne songea même pas à étouffer une joie grossière de délivrance, celle de ses dix-sept ans tout chauds de sève amoureuse et jusque là rivés aux infirmités d’un vieil homme quinteux et brutal.



IV



Lerminia comptant près de quarante ans de service à l’usine, l’administration jugea à propos d’entourer ses obsèques d’un certain appareil. Vers midi, les contremaîtres des différents ateliers