Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


menton et de là dégoulinait parmi les ganglions du cou, comme à travers des rigoles.

— Il l’avalera, c’est sûr, soupira sœur Angélina, très perplexe. Mais le Rouchat, un des crocheteurs qui avaient porté le brancard, une grande brute à face de bouledogue, secoua la tête, déclara qu’il n’y avait pas de danger.

— Nos aut’, ovri, quand nous avalons not’ chique, c’est pou claquer, Madame la sœur.

Et on lui laissa dans les dents son rouleau que de temps en temps, il chassait d’un coup de langue, de lune à l’autre joue. Puis le crocheteur donna un conseil : le vieux avait besoin d’être remonté ; aux machines on verse de l’huile ; l’huile pour les hommes, c’est du péquet. S’il ne tenait qu’à lui, il lui en coulerait dans l’estomac une lampée, raide comme balle. Comme pour lui donner raison, Lerminia, ranimé à l’idée du genièvre, tourna de son côté des yeux éteints, mangés par la retombée des paupières, tandis que sa main se haussait pour recevoir le petit verre. Mais les religieuses ne voulaient pas. S’il avait soif, il fallait lui donner de l’eau, et sœur Madeleine lui approcha des lèvres un plein bol auquel il but une gorgée, qu’il recracha tout de suite, mouillant son bourgeron et les draps autour de lui. Clarinette alors le supplia ; c’était pour son bien ; il avait le feu dans la poitrine, et à son tour elle lui tendit l’eau, mais il s’irrita jusqu’à oublier son mal, brandit le poing, grollant :

— Cré garce !

Un coup de cloche résonna à l’entrée, des pas s’approchèrent, le médecin parut. C’était un gaillard bâti en force, avec des poings de dentiste, une face rougeaude sous des cheveux crépus, rattachés à un collier de barbe drue, des lèvres épaisses et gourmandes, un air de commandement dans toute la personne. Malardié s’était fait une renommée dans le pays pour ses opérations chirurgicales, toujours menées rondement ; il avait le goût des boucheries violentes, travaillait sur la chair vivante avec le sang-froid d’un chourineur d’abattoir. On lui avait dit qu’un homme avait besoin d’être amputé, et il arrivait, ses massives narines ouvertes à l’odeur du sang, avec l’espoir d’un bel abatage de jambe secté d’une fois.