Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nées de minerai cul dessus dessous ! Avec ça qu’on les leur prenait au moment où, rentrés au logis, ils pouvaient aider le père à bêcher son lopin, la mère à guéer le linge ou nettoyer les légumes. Et ils trouvaient constamment un prétexte pour les retenir chez eux, la maladie d’un des leurs, une besogne en train, des courses aux villages voisins. Alors Jamioul appliqua le règlement dans sa rigueur, frappa d’amendes les manquants ; et les contraventions petit à petit diminuèrent en dépit des mécontentements sourds des ateliers. Il se sentait d’ailleurs secondé par l’élément le plus intelligent de l’usine, les mécaniciens, les ajusteurs, les monteurs, les contremaîtres, ne rencontrant de véritable résistance que chez les massiers, les chargeurs, les manœuvres, les puddleurs, en qui l’excès de la dépense physique engourdissait l’intelligence. En revanche, un des services nouveaux fonctionna dès le début si activement qu’il fallut le réglementer avec sévérité : plus de trois cents ouvriers se présentèrent dans les huit premiers jours à la caisse pour obtenir une avance de salaire. Et l’employé reçut l’ordre de n’ouvrir dorénavant le guichet que pour les demandes motivées.

Tous ces achoppements de la mise en train retombaient sur Émile Jamioul qui tout à la fois avait à les justifier devant l’administration et à en conjurer le retour. Une hostilité sournoise et basse, dérobée derrière des congratulations du bout des lèvres, régnait surtout dans les bureaux dont ces initiatives avaient remué le marais, chez les commis aux écritures et à la comptabilité, astreints à un accroissement de travail, même parmi les autres ingénieurs qui ne pardonnaient pas à ce nouveau venu son importance toujours croissante. Lui, cependant, vivait dans son œuvre, trop pressé de travail pour prêter une attention suivie aux intrigues ourdies autour de lui, mais averti çà et là par sa femme, un esprit inquiet et faible, toujours aux écoutes chez les rares amies, généralement de petite condition, qu’elle s’était faites au village, point reçue ou mal reçue dans un monde plus relevé à cause de leur mariage purement civil. Correct vis-à-vis de ses supérieurs, silencieux et froid devant ses égaux, mais bienveillant pour l’ouvrier, ayant du reste gardé trop intimement le souvenir des humilia-