Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/314

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tenait l’ouvrier, était toujours tenté de lui donner raison, se souvenant qu’il avait été ouvrier lui-même, le carcan de misère au cou. Et Jamioul maintenant le traitait presque d"égal à égal, quelquefois l’invitait à prendre un verre de bière chez lui. On causait de Happe-Chair, des améliorations possibles, de ce qu’il faudrait faire pour mettre l’usine au-dessus de toutes les autres usines du pays. L’ingénieur lui avait même révélé un plan de réorganisation, tout une immense conception économique qu’il mûrissait dans le secret de ses veilles et qui devait transformer les rapports du capital et du travail. Lui, Huriaux, ne comprenait qu’à moitié ; mais tout de même il était frappé par la grandeur de l’idée. Sa cervelle s’élargissait à ce commerce avec une intelligence supérieure, et il s’en allait en disant :

— Si, au lieu d’être M. Jamioul, M. Jamioul était M. Poncelet, bien sûr, les choses iraient autrement ; n’y aurait plus de grèves, plus d’ouvriers malheureux, plus de misères : chacun gagnerait selon son travail.

Ainsi sa vie s’arrangeait à la fin ; une considération s’attachait à son renom de brave homme ; il oyait venir le moment où, libre de dettes, n’ayant plus à payer le loyer des Fanfares, il pourrait thésauriser pour sa fille. Si seulement les Simonard se décidaient à aller vivre avec Mélie et lui du côté des champs, il serait tout à fait heureux. Il leur avait proposé de louer une maison qu’ils habiteraient tous ensemble ; on aurait un petit champ, une chèvre, des poules ; Philomène ferait la popote et soignerait l’enfant. L’idée souriait assez à Simonard ; mais sa femme ne se prononçait toujours pas, retenue au Culot par des habitudes de commérage, des relations, le goût de voisiner de porte à porte. Cependant l’attachement qu’elle avait pour Mélie la déterminerait peut-être un jour. Et il pensait qu’alors il ne lui manquerait plus rien, que ses jours seraient pleins, entre la petite qui grandissait, poussait d’un si joli jet à la vie, avec ses grosses gaietés d’enfant amusée de tout, et cette rude paire d’amis, comme lui éprouvés par le malheur, devenus presque une famille.

— En v’la todis une qui n’ sera pas comme es’ mère, disait quelquefois la Philomène.