Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/285

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mais la Rinette aimait mieux une tuerie à deux, dans un coin. D’abord, s’ils se battaient au laminoir, on les séparerait, il serait mis à l’amende, ses chiens de patrons peut être le congédieraient. Il céda à ses raisons, songeant à l’ennui de rendre publique cette affaire si, comme elle l’y poussait, il faisait intervenir la justice. C’était comme une peur vague de remuer l’attention autour d’eux, avec la sensation d’un bourbier dans leur vie, dont il était imprudent d’agiter les vases. À présent d’ailleurs que le calme lui revenait, la fatigue de son coup de force de la nuit graduellement l’assommait. Il demeura une demi-heure à lutter contre le sommeil, puis alla s’abattre sur le lit, ayant dans les oreilles le bourdonnement de la voix de Clarinette qui lui criait :

— Faut i qu’ ti sois lâche pour avoir el courage ed’ dormir !

Il reposa jusqu’à midi, un mauvais sommeil à tout bout de champ bousculé par les allées et venues de la Rinette qui se démenait, véhémente, parmi une trolée de commères abattues sur le comptoir. À travers sa torpeur lourde, Jacques les entendait qui toutes ensemble piaillaient, en un chamaillis de voix aigres dominé par les coups de gueule de Clarinette criant les avanies qu’on lui avait faites, la cochonnerie de cette bande d’hommes lancés sur elle, avec cette même phrase au bout de ses recommencements de son histoire :

— C’est i pon du malheur to d’ même d’avoir un coïon d’homme qui n’est pon tant seulemin capable ed’ m’ défendre ? Il est là qu’ i dort, dessus s’ paillasse depuis t’ à l’heure troés heures !

Comme il allongeait ses jambes hors du lit, la porte de la rue battit ; un silence d’attente se fit chez les femmes ; il aperçut à travers le rideau le champêtre du Culot qui revenait faire une petite enquête. Patraque avait porté plainte ; toute la rue, du reste, avait été troublée : et il offrait ses bons services dans le cas où il faudrait verbaliser. Clarinette alors raconta pour la vingtième fois l’affaire ; mais Moineau se perdant dans son débordement de paroles, il se mit à lui poser des questions, auxquelles elle répondait et qu’il consignait avec ses réponses sur un carnet, d’une grosse écriture au crayon lente et gauche.

Huriaux, regagné à ses incertitudes, les laissa s’arranger en-