Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/284

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vendre le comptoir, les tables et tout. Lui, tournait par la chambre, allait de la lampe à la glace, frappait des pieds dans les chaises.

— On fermera, ça m’est égal… Mais i’ verront quel homme qué c’est Huriaux… Et pas plus tard qué c soir, j’ ferai son affaire à Gaudot. M’ pauv’ miroir !

Comme il reparlait toujours des vingt-huit francs qu’avait coûtés la glace, elle se monta. C’était-il pas une honte qu’il se travaillât plus le sang pour un morceau de verre que pour sa femme ? Tous lui étaient grimpés sur le dos ; on l’avait quasi mise nue ; même Gaudot avait cherché à lui faire des saletés. Elle s’acharnait surtout sur lui à présent ; elle raconta que depuis longtemps il la poursuivait, insinuant que c’était pour ça qu’elle n’avait plus voulu le garder en pension. Et son dépit de leur rupture s’exaspérant au souvenir de cette vautrée d’hommes sur sa chair, elle eût souhaité le voir aux trois quarts massacré, avant qu’il allât faire ses travaux forcés, attisant dans Huriaux le feu des vengeances pour le ruer contre cet objet de haine et de passion.

Lui, cependant, très pâle, les lèvres serrées, de rauques haleines dans la gorge, remuait dans le vide ses poings fermés, avec le mouvement machinal de broyer un homme. C’était toute une ligue qui se levait ; il sentait derrière ces outrages, les colères de l’atelier soulevé, une basse et couarde vengeance de mauvais ouvriers contre celui qui suivait droit son chemin. Et il songeait aussi à cette chair nue de Clarinette qu’ils avaient maniée, ne mettant pas toutefois cette injure-là sensiblement au-dessus d’un dommage matériel, voyant toujours cette tourbe lâchée à travers son mobilier et lui cassant une glace pour laquelle il avait déboursé une somme si importante. Mais tout de même ce porc de Gaudot tâchant de coucher dans son lit lui semblait particulièrement méprisable : il s’expliquait maintenant ses airs de tête, ses froideurs, certains mots qui l’avaient laisse interdit, ne comprenant pas. Dans sa rage de les avoir tous pendus après lui comme des chiens, ses tempes battaient, il pensait à les relancer l’un après l’autre jusque dans leurs maisons, eut même l’idée de courir à Happe-Chair où Gaudot faisait sa tournée, et, devant les camarades, les contremaîtres, l’atelier entier, de lui casser la tête avec ses ringards.