Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/282

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


présent, une souffrance continue d’être lié à cette créature indigne, un mal sourd de sentir se former en lui un homme différent de celui qu’il avait toujours été.

Quand, sa pause de nuit finie, il rentra le lendemain matin, il vit la glace brisée, les tables et les chaises bousculées, la lampe en morceaux sur le carrelage, tout le désarroi visible d’une bagarre. En un coin de la cuisine. Clarinette, la tête dans les poings, immobile, tout échevelée encore, avec des yeux secs dardés devant elle, se tournait le sang à attendre son retour. Gaudot et sa clique filés, elle avait fermé la porte au nez des gens attroupés sur le trottoir, s’était jetée sur une chaise et pendant deux pleines heures avait pleuré des larmes de rage, remâchant sa colère contre son amant et les autres, ruminant des plans de vengeance, une instruction judiciaire, les gendarmes, les assises. Elle raconterait qu’on avait voulu la tuer, qu’elle avait été forcée, qu’une grosse somme avait été dérobée du comptoir ; et comme elle était surtout exaspérée contre Gaudot, elle le montrerait instiguant ses complices, les poussant au meurtre et au pillage ; le moins c’est qu’il eût les travaux forcés et elle serait vengée de lui et de tous les hommes.

À la fin, un si grand brisement la prit que sa tête roula en avant et qu’elle s’abattit endormie sur une table. Puis, au petit jour, elle se réveilla avec des pensées différentes. L’outrage commis sur sa personne, à présent l’occupait moins que cet abandon de Gaudot. Des hommes qu’elle avait connus, c’était celui qui l’avait le mieux possédée ; il avait remué, au fond de sa grosse nature sensuelle, une passion pour sa force dédaigneuse et froide ; elle s’en était toquée d’autant plus qu’elle l’avait aimé à travers une peur constante de le perdre.

Huriaux, à la vue du saccage, avait eu un haut le corps ; immédiatement il s’était mis à jurer, plein de regret surtout pour le bris de la glace, vingt-huit francs au diable. Comme elle ne bougeait pas, sa tête toujours dans les poings, bien qu’il l’eût interpellée, il marcha sur elle, lui secoua rudement l’épaule, gagné d’une colère devant ce silence farouche. Et tout d’une fois elle éclata, son méchant rire aux dents. Ce qu’il y avait ? Sûrement il avait des yeux pour voir. On avait fait une noce, une noce à tout casser, à