Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/276

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parler, rencogné dans le fond de la pièce, derrière le bureau, la tête basse et les bras croisés, avec de sombres regards navrés à cette poignée d’hommes incultes, dont une parade de comédien allait, une fois encore, avoir raison, pensait à l’éternel métier de dupe de l’ouvrier dans sa lutte contre les gérances, celui-là fruste et nu, n’apportant que ses membres émaciés, ses détresses, sa douloureuse silhouette d’athlète prostré pour tout argument aux cruelles joutes oratoires du capital et du travail en présence, elles armées de leurs sophismes, de leur captieuse dialectique, des ressources que l’éducation, l’habitude de manier les esprits et le prestige de l’autorité mettent entre leurs mains.

Poncelet s’était gardé pour la fin un élan :

— Voyons, vous êtes d’honnêtes gens. Eh bien, je vous le demande, avez-vous quelque chose à nous reprocher ? N’avons-nous pas agi avec une sollicitude paternelle ? Est-ce que nous n’avons pas soulagé toutes les misères qui nous ont été signalées ? Dites, était-il possible de faire plus et mieux que nous n’avons fait ?

Les hommes baissèrent la tête. Tout en parlant, il avait marché jusqu’à eux, était entré dans leur groupe comme pour abdiquer matériellement les privilèges de la hiérarchie. Et bonhomme, patelin, les mains dans les poches, il les persécutait de ses : « Voyons, dites, n’est-il pas vrai ? » qu’il leur pointait dans les côtes, comme des lances.

— Pour ça, oui, il n’y a rien à dire, répétaient-ils machinalement, battus dans leurs derniers retranchements, avec des mouvements de tête résignés.

Painvin, le premier, lentement rétrograda vers la porte, se coiffa de sa casquette, puis la retira ; et près de sortir, les pieds traînants, il s’attarda dans un suprême marchandage :

— Tenez, not’ maître, faudrait no remett’ deux sous avec !

— Inutile d’insister, accentua Poncelet. C’est un point sur lequel il ne m’est pas possible de transiger : vous en savez les raisons. Allez, et dites à vos camarades que je consens à les reprendre au travail, à la condition qu’ils se représentent demain matin aux ateliers. Dites-leur bien aussi qu’au fond ça m’est bien égal qu’ils chôment : nous avons du stock au moins pour six mois.