Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/274

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que les môssieu du conseil i touchions assez d’s argents pou n’ point prendre à d’pauvres ovri l’ pain d’ la vie.

Puis un des chauffeurs à son tour vint à la rescousse :

— Par l’ dur temps qu’i fait, ça n’serait pas honnête. Nom dé Dié, on a ben assez d’ misère comme ça !

— On a faim, gronda dans sa barbe le passeur Suret.

L’un après l’autre, ces patauds s’ébranlaient, lâchant leur brève déclaration comme un coup de pistolet, les sourcils froncés, tout secoués d’une grosse émotion, sans trouver autre chose dans leur courte cervelle, végétante sur un fond d’idées et de mots toujours les mêmes, que cet apitoiement de suite à bout.

Poncelet les laissa vider leur sac ; puis, en homme qui sait manier la parole, il leur répondit par les éternels arguments des directions aux prises avec l’ouvrier. Il n’eût pas demandé mieux que de leur donner la poule au pot chaque jour ; il les tenait tous pour de très bonnes gens, les aimait comme sa propre famille ; mais les affaires n’allaient pas ; les actionnaires n’avaient plus qu’un faible dividende ; les magasins étaient encombrés de stocks ; et, d’ailleurs, une solidarité liait le patron et le travailleur. Il broda sur ce thème avec des formes oratoires banales et courtoises qui leur rivaient la bouche, dans l’impossibilité où ils se sentaient de lui répondre en la même langue ; et un respect de cet homme grandiloque les clouait sur place, matés, comme enlisés dans les replis de sa faconde filandreuse. Ensuite il eut une gronderie amicale pour ce jeu d’enfants, auquel ils s’étaient laissé aller, pour cette grève inutile qu’on aurait pu prévenir par de mutuels pourparlers. Et il finit par leur déclarer que l’administration maintiendrait la diminution du salaire, tout en regrettant d’y être contrainte et promettant de ramener la paie à l’ancien taux, dès la cessation de la crise.

Eux avaient écouté, ne comprenant pas toujours, leurs grands pavillons d’oreilles ouverts comme des cornets à cette cascade de paroles. Maintenant qu’il cessait de parler, ils se regardaient interloqués, pris d’une défiance vague, et cependant gagnés petit à petit aux raisons que Poncelet leur avait fait valoir. À mi-voix, tassés l’un contre l’autre, ils se concertèrent.