Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/26

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jamioul flaira dès la première entrevue un auxiliaire dans ce Marescot que des fibres indéfectibles rattachaient au peuple duquel l’un et l’autre étaient sortis. Engendré d’un père maçon et d’une mère qui maintes fois avait aidé son homme à gâcher le mortier, il avait, lui aussi, poussé sur le pavé des rues. Manœuvre jusqu’à dix ans, l’échine rompue par la charge des baiarts qu’il fallait monter de l’aube à la vesprée, mais alors déjà écolier appliqué aux cours d’adultes qu’il fréquentait de huit à dix heures du soir, il s’était engagé pour la comptabilité chez un patron qui lui payait ses services trois cents francs par an. C’était le premier pas, il sortait de la tourbe, il montait. Des nuits entières après le travail du jour, il se mit à lire, dévorant, sous le vacillement de la chandelle, le corps replié en chien de fusil dans les loques de son lit trop court, des livres d’algèbre, de géométrie, de chimie et de mécanique, tout ce qui lui tombait sous la main. Puis, de seize à dix-huit ans, passé répétiteur de leçons, il avait couru le cachet, sans lâcher son bureau, et, à force de privations, s’était amassé le pécule nécessaire à l’inscription d’élève à l’École des Mines. Enfin, au bout de six ans d’études acharnées, entremêlées de basses besognes pour subvenir à l’entretien des vieux parents invalides, il était sorti ingénieur, mais ingénieur sans emploi, se débattant parmi l’affolement des compétitions, en une fureur sombre de déclassé, toutes les avenues bouchées, toutes les places prises, toutes les portes assaillies d’une cohue qui avait faim et voulait manger, lui-même ramant à travers ce tourbillon, naufragé de la vie dont la barque faisait eau de partout et menaçait de couler à fond, avec la jeune femme et les trois petits êtres qu’il avait associés à ses détresses. Alors, cette famille sur le dos, il lui avait fallu abdiquer l’orgueil du savant, renoncer au bénéfice de ses vingt années de labeur sans trêve, reprendre la vie par un autre bout. Il s’était fait mécanicien, contraignant ses mains aux besognes difficiles de la fabrication, avait gravi degré par degré l’échelle des grades, successivement surveillant, contremaître et chef d’atelier, finalement était entré, à la faveur d’un intérimat, aux grands établissements de Happe-Chair où sa réelle valeur et son zèle lui avaient en quelques années créé une autorité.