Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/257

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Marescot donna raison à l’ingénieur, se monta dans une lettre à Poncelet qui le priait, presque sur le tonde l’injonction, de revenir sur ses résolutions. Le directeur garda pendant deux jours le silence et, le matin du troisième jour, fit appeler Jamioul dans son cabinet.

— Cher monsieur, lui dit-il, en mettant dans ses tournures de phrases une politesse étudiée, vous vous êtes mêlé de questions qui ne concernaient que la gérance. Je le regrette pour vous, puisqu’à partir de ce moment nos rapports vont être forcément tendus. Soyez satisfait, d’ailleurs : je vais prendre des mesures dans le sens des instructions qui me sont communiquées par M. Marescot, tout en dégageant ma responsabilité. Notez que j’aurais pu me soustraire à des exigences que personnellement je n’approuve pas. M. Marescot n’est pas tout le conseil ; mais je veux éviter des froissements. Seulement je crois devoir vous prévenir que pour rétablir la balance, je vais être obligé de prendre une résolution grave : à partir de la première quinzaine du mois prochain, les salaires seront réduits.

Poncelet, sur ce coup de jarnac, releva les yeux qu’il avait tenus baissés, accrocha son monocle, et se mit à dévisager Jamioul. Celui-ci était demeuré pâle, la bouche ouverte, tout frémissant.

— Elle est en effet très grave, votre résolution, dit-il au bout d’un instant. La contrée, déjà si agitée, va se remuer. Dieu sait ce qu’il en arrivera. Mais si tout le monde, dans une question d’humanité ou de justice, a le droit de se prononcer, — et je n’ai fait qu’user de ce droit en n’étant pas de votre avis, — vous seul, je le reconnais, êtes le maître de toucher à la question des salaires. C’est une affaire de gérance. Seulement, réfléchissez bien.

— C’est tout réfléchi, répliqua Poncelet, froidement.

Jamioul fit un pas du côté de la porte, et tout à coup s’arrêtant, la voix haute maintenant :

— Tant pis, monsieur, tant pis. On ne joue pas avec l’humanité… Au fond, j’en ai peur, c’est moi que vous frappez en ces pauvres gens… Eh bien, laissez-moi vous le dire, c’est mal.

Alors Poncelet, très rouge, l’œil allumé, perdant brusquement toute mesure, se dressa par-dessus l’encombrement de paperasses,