Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/253

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




XXVIII



En mars, le laminoir se retrouva sous toit. Un système d’embrayage était venu rattacher au nouveau volant quatre paires de cylindres ; les maçons poussaient activement les travaux de reconstruction de la chaudière et des fours ; Happe-Chair avait repris son aspect accoutumé. Là-bas, l’horrible infirmerie, avec ses couloirs lavés de sang humain, maintenant chômait parmi le bruit et le mouvement des cours : le dernier malade était parti à la mi-février ; depuis, un double échaudage avait effacé les rouges éclaboussures des murs, le carreau avait resué ses glus de sanies, une paix s’était refaite sous les plafonds rendus au silence. Sœur Angélina sortie rose et grasse des veilles et des corvées, sœur Marie-Madeleine un peu plus tournée à des tons de vieux buis, tranquillement recommençaient, dans l’école ménagère puant le chlore, leur enseignement de chaque soir. De même que l’herbe bientôt allait repousser au cimetière sur les fosses comblées, de même aussi que la chair avait recru aux trous des plaies chez les blessés, de même encore que petit à petit, dans les familles, l’habitude de l’absence, ce commencement de l’oubli, effaçait l’amertume des autres habitudes rompues, le tourbillon des activités reprises, le coup de vent furieux des machines, les tonnerres des ateliers, et par-dessus les cours, le flottement des longues fumées avaient balayé le deuil des hécatombes de décembre. L’inexorable fatalité du travail, qui ne laisse pas aux vivants le temps de pleurer leurs morts, ruait à de nouveaux massacres toute cette tourbe automatique et morne. Deux mois et demi avaient suffi à reculer le désastre dans le lointain du temps.

De leur côté les bureaux, jusque là bousculés par les exigences de la comptabilité, connaissaient enfin un peu de calme, Poncelet, après s’être fait soumettre des propositions pour les pensions, avait