Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/251

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cette explication étonnante ; Gaudot ne pouvait plus venir : sa présence dans leur ménage n’eût pas été convenable. Cela dit d’un air quasi solennel, avec une telle autorité que Jacques, la tête encore mal remise, n’avait pas cherché à approfondir le sens de cette parole énigmatique.

La visite de Jamioul surexcita en lui les nostalgies du travail. Il en avait assez, du reste, des sempiternelles acrimonies de sa gromiaude de femme. À mesure que la vitalité le reprenait, son grand calme des heures de la convalescence tournait à une humeur chagrine, irritée, où fermentaient des révoltes contre l’acariâtre despotisme féminin.

Au petit matin, le onzième jour, il endossa son bourgeron et prit le chemin de Happe-Chair.

Une rumeur courut dans l’atelier :

— V’là Huriaux ! Hé ! fieu !

Les camarades, déjà attelés à la besogne, lâchèrent leur coup de collier pour venir lui secouer la poigne. Colonval, Bietlot, le Lapin, Colasse, tout une bande lui offrait un schnick de bienvenue à la cantine.

Mais il voulut avant tout jeter un coup d’œil à son four, remis à feu avec tous ceux que l’explosion n’avait pas entamés. Comme il se penchait, la houille qui brûlait aux grilles enflamba d’une pourpre vive sa face très pâle, et il demeura là, un instant, sans rien dire, secoué dans les entrailles devant le grand trou rouge où il avait peiné le meilleur de sa vie. D’ailleurs, rien, hormis les traces matérielles de l’accident, n’évoquait plus les épouvantes de la nuit tragique : le travail avait repris, concentré dans la partie du grand hall où, par-dessus le toupillement des cylindres, gironnait avec son bourdonnement continu le volant épargné, l’effrayant volant que Huriaux, avec un frisson, se souvenait avoir entendu ronfler là-bas tout seul dans les ténèbres. L’autre partie, morne, avec l’énorme bée de la chaudière éventrée, plongeait dans le silence et le vide, en attendant l’installation prochaine du nouveau volant qui, pièce à pièce, s’achevait dans l’atelier de construction. Un sentiment de sourd effroi, qu’il ne maîtrisa pas d’abord, saisit Jacques quand il traversa cette solitude, désolée comme un champ de