Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/241

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Tandis qu’il passait précipitamment ses bras dans les emmanchures, inquiet comme un loup pris dans un traquenard, elle se précipita sur Jacques, lui noua les bras autour du cou, avec des mamours et des tendresses.

— Enfin ! té v’là, m’chéri ! C’est bien toé ! Vrai, j’ le disais cor t’ à l’heure à Gaudot qu’est là : V’là les troés jours passés, i n’ vint nin, c’est i du malheur ! Et t’es là to d’ même ! L’ bon Dieu a eu pitié ed’ moé. Mets-toé là une miette su’ l’ banc, qué j’ t’ regarde. T’as une belle mine, t’es comme un homme to neuf.

Et elle lui barrait le passage de sa gorge, qu’elle roulait contre lui, avec un mensonge de passion, dans l’entrain et l’emballement de sa ruse. Lui, Huriaux, les jambes flageolantes, ne se remettait pas de la fatigue du trajet, tout étourdi par l’émotion, sentant de nouveau un battant de cloche lui cogner les parois du crâne.

— J’ croyais qué j’ serais jamais rarrivé, bégayait-il, un sourire d’innocent plaqué sur la bouche, en tournant partout des yeux très doux et vagues, comme pour refaire connaissance avec les choses.

En ce moment Gaudot, ses souliers lacés et sa veste boutonnée, sortit de la cuisine, et l’air bon enfant, vint lui prendre la main.

— Ben, l’ami, comment va ?

— Tiens, c’est Gaudot. Bonjour. Pas mal. Merci. Et il lui souriait, comme il avait souri à Clarinette, un reste de confusion dans l’esprit, avec un dodelinement machinal de la tête. Visiblement, la chaîne des idées, sous l’afflux des sensations, se rompait une fois encore en lui.

Clarinette, craignant une question, prit les devants.

— C’est juste, s’écria-t-elle, faut t’ dire : Gaudot, i prend s’pension cheu nous ?

Il répéta, sur le ton de l’étonnement :

— Gaudot prend s’pension cheu nous ?

Mais elle ne lui laissa pas le temps de creuser son impression, le prit par le bras et, le poussant vers le berceau de Mélie qui venait de s’éveiller :

— Et Mélie, ti li dis rin à Mélie ?

Il ouvrit les bras, eut un sanglot de joie :