Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/215

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


traversa l’infirmerie, eut une secousse devant le Rouchat sacrant et râlant dans ses draps, passa à côté de Blampain qui délirait en parlant de ses enfants. Mais au moment où elle allait s’engager dans le couloir, brusquement elle s’arrêta, ayant vu sortir d’une couverture la tête de Huriaux. Mme Jamioul, qui savait l’amitié de son mari pour cet ouvrier modèle, en avait fait un de ses malades de prédilection. Comme il demandait sans cesse à boire, elle revenait vers lui, après chacune des besognes auxquelles l’employait Malardié, lui coulait dans la bouche un peu d’eau, retendait la couverture qu’il rejetait obstinément avec un geste de fiévreux. Pour la vingtième fois elle lui approchait des lèvres un verre quand Philomène, l’abordant, lui demanda la permission de dire un mot à Jacques.

— C’est inutile, répondit la jeune femme, puisque aussi bien il est incapable de vous entendre.

Les dents de Huriaux claquaient si violemment que Mme Jamioul eut peur que le verre ne s’émiettât dans ses mâchoires. Elle fit un effort pour l’en retirer, mais les terribles incisives ne lâchaient pas prise ; et à deux elles le supplièrent d’ouvrir la bouche.