Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/208

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


misères dans la besogne sur laquelle il suait, presque à bout de force. Est-ce qu’elles se foutaient de lui ? Il était là pour soigner les blessés, non pas pour les caser. Ce fut Mme Poncelet, plus calme, qui vint à leur secours et leur donna l’idée d’utiliser l’école ménagère, un hall carré qui se développait parallèlement aux locaux de l’infirmerie et en était séparé seulement par une cour. En un tour de mains, les pupitres furent rencognés ; les sœurs se décidèrent à abandonner les matelas de leurs propres lits ; Mme Poncelet fit apporter un paquet de couvertures. Et la file de civières qui pendant ce temps s’était accumulée dans toute la longueur du couloir, put enfin s’en retourner à vide.

Malardié, visiblement las, passait dans les sueurs de son front une main rouge dont l’empreinte l’étoila d’une auréole sanglante, quand sœur Marie-Madeleine vint l’informer que huit nouveaux arrivés attendaient ses soins dans l’école. Alors il éclata, lui souffla dans le visage un juron retentissant. Si ça continuait ainsi, jamais il n’en viendrait à bout. Mais à demi fourbu, les reins sciés par la courbature, subitement il se redressa au coup de fouet de la pensée du devoir, Il but à même les burettes une gorgée de cognac, frotta à son tablier ses doigts poissés d’une glu de sang, puis, se tournant vers la religieuse :

— On y va ! Marchez, ma sœur !

Au bout d’une demi-heure, l’école à son tour se trouva à peu près encombrée. Les matelas, les linges, la charpie en outre commençaient de nouveau à manquer. Et la consternation grandissant chaque fois que les brancards mettaient bas leur effroyable ramassis de morts et de mourants, on ne savait plus quel parti prendre. Sœur Marie-Madeleine, tenaillée par un retour de migraine atroce, les yeux battus et flottants, des disques rouges tournoyant au fond des prunelles, maintenant s’impatientait comme tout à l’heure Malardié, accueillant les porteurs par des paroles presque dures. La procession ne finirait donc jamais ? Combien y en avait-il encore ?

Eux, fatigués, le dos mouillé de sueurs froides, de la neige dans la barbe, haussaient les épaules, sans pouvoir répondre. La femme du cantinier, postée à l’entrée, avait reçu l’ordre de leur verser la