Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fureur aveugle d’agonisant se rattrapant à la vie, les yeux démesurément ouverts, n’ayant plus maintenant à la bouche qu’un râle sourd, continu, où se mouraient ses coups de gueule. Soudain Huriaux, la face sur le ventre du camarade, cessa de bouger. Jamioul alors lui secoua l’épaule, pendant que Colonval, s’aidant des deux mains, s’arrachait enfin aux effroyables tenailles qui lui emportaient le cuir. Mais tout de suite le corps de Jacques s’abandonna, avec un roulement mou de la tête sur l’épaule. Le pauvre garçon, à la fin assommé, venait de perdre connaissance.

— Bon ! dit un des hommes, d’e c’ coup-ci, y a pu personne à l’ mouson.

Quelqu’un au même instant fendit le cercle et une grosse voix beugla :

— L’pauv’ fieu ! em’ frérot ! Ah ben nom dé Dié ! qué malheur ! On reconnut Capitte. Le piétinement des foules couraillant par la nuit l’avait arraché à son puissant sommeil de brute, là-bas dans son appentis. Repoussé des grilles par la Jambe-de-Bois, il avait sauté par-dessus le mur, étreint à la gorge, dans sa bonté de colosse, par la pensée que des camarades avaient sombré dans ce désastre dont lui, le Berlu, n’avait pas eu sa part. Et justement il arrivait pour voir couler bas son copain, cette moitié de lui qui vivait en dehors de lui et que pourtant il considérait comme son intelligence et son âme visibles. Ses immenses bras tournoyèrent un instant par-dessus le groupe avec une gesticulation consternée ; des rauquements lui raclaient le gosier ; et tout à coup on le vit se pencher, enlever Huriaux à la force des bras, comme s’il eût déplacé un simple lingot de fonte.

— Boute-le d’su’ l’brancard, criait de loin Bodart, t’auras pus facile.

Mais il ne voulait pas, préférait le porter dans ses bras, s’accrochait à ce corps qu’on voulait lui disputer. Il fallut le laisser faire. Et derrière le brancard qui emmenait le mari de la Philomène, il se mit à marcher, secoué par les sanglots, ses deux mains autour de la ceinture de Jacques dont la tête lui pendait par-dessus l’épaule, scrutant la blanche nuit du sol, de son œil qui roulait désorbité, pour ne point heurter les jonchées de matériaux épars sous les neiges.