Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/193

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


encore cet écho vibrant dans le noir et la mort, une pâleur d’homme nu se détacha petit à petit du fond des ténèbres, grandit, finit par dessiner une silhouette chancelante, qui avançait lentement, avec de la nuit tout autour, comme un fantôme. Alors les lumières se portèrent en avant d’un élan ; une clameur monta :

— C’est vrai ! c’est Huriaux !

Des mains se tendaient ; Colonval, dans son saisissement, avala sa chique ; et tous l’auscultaient, le palpaient, le questionnaient comme doutant de la réalité de ce revenant qui inopinément ressuscitait.

Jacques, très faible, un étourdissement dans la tête, les yeux vagues, les regardait avec la stupeur d’un homme qui se réveillerait dans sa bière. Il ne se rappelait rien, si ce n’est qu’après le coup, il avait sauté en l’air avec la pensée effrayamment lucide de sa Mélie, tout ce qu’il avait de vie en lui concentré dans un dernier battement de cœur pour la petite ; puis, il s’était abattu sous une pluie de pierres quelque part, et c’avait été tout. Quand, enfin, il était revenu à lui, il avait tâté le sol, s’était retrouvé sur un lit de houille avec une douleur aiguë à l’épaule et à la nuque ; et subitement le ronflement du volant lui avait donné une frousse, il avait eu l’idée que peut-être Poireau avait sauté comme lui. Alors, il s’était mis à ramper jusqu’au mouvement. Enfin, l’appel du chef, comme un bourdonnement lointain, était venu à son oreille ; et voilà, il avait répondu, s’était dirigé au feu des lanternes.

Huriaux leur contait la chose avec son calme habituel, sans paraître avoir conscience de la camarde bousculée en chemin, dans cette trombe furieuse du laminoir projeté par l’espace, lui, qu’elle avait baisé pourtant au front de ses lèvres violettes et qui avait failli périr, broyé, écartelé, pulvérisé comme chair à pâté, sous l’épouvantable éventrement des voûtes partout craquantes. De la secousse qui l’avait envoyé tourbillonner là-haut, il ne lui restait plus maintenant qu’un grand choc sourd dans le crâne, un coup de marteau qu’il sentait retentir jusqu’en ses vertèbres ; et, la mémoire par moments comme paralysée, quelquefois il s’arrêtait, cherchait ses mots, avec un bégaiement où s’inachevait son récit et qui sur ses lèvres s’empourprait d’un peu de salive de sang montée de la poitrine.