Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/176

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Réunion des Fanfares, préservée par le mur de clôture de l’exploitation, demeura étanche, avec tout le tènement dont elle faisait partie, mais ne fut pas épargnée par le vent qui lui écorna son toit et lui rafla un rang entier de tuiles.

Comme toujours, d’ailleurs, le désastre frappa surtout les plus marmiteux. De pauvres diables qui chichement vivaient du produit de leur lopin, seigle, légumes et pommes de terre remisés depuis la dernière récolte, toute leur fortune et leur nourriture d’hiver, virent s’en aller dans le coup de balai du torrent et tourbillonner à vau-l’eau leur unique chevance. Quelques petits marchands, nouvellement remontés en provisions de boutique, furent ruinés net ; et des femmes, des enfants, des vieux, à mi-corps dans les houles limoneuses, râclaient avec des fourches et des râteaux les épaves pour s’en nourrir. Chez Leurquin, dont la maison se trouvait à une portée de fusil des berges, la rivière était entrée pendant la parturition de Sélénie qui justement donnait le jour à son seizième. La crue avait monté si rapidement qu’on n’avait pas eu le temps de déménager la patiente ; mais l’enfourneur l’avait roulée dans son grabat, puis hissée sur une table où, cinq minutes après, elle lâchait son faix qui, sans Leurquin, les mains ouvertes pour le recevoir et jusqu’aux genoux dans le flot, eût roulé à l’eau.

Dans le village, il fallut aviser pour conjurer la famine : la commune décréta des secours immédiats aux plus nécessiteux : une partie de la jeunesse en outre se dévoua, alla quêter des sols et des denrées chez les boutiquiers et les bourgeois. Zénon Zinque et Gaudot s’étaient partagé la grande rue, tandis que le reste de la bande manœuvrait dans les autres parties de l’agglomération.

Ce fut un saisissement pour Clarinette quand un matin, sur le coup de dix heures, le bel Achille entra brusquement. Huriaux ayant été consigné à l’usine, avec quelques ouvriers d’élite, pour le déblaiement, elle était seule à la maison et balayait le carreau, de vieilles savates lochant à ses pieds, dans un débraillé de saut de lit.

— Tiens, qui va là ? s’écria-t-elle dans un élan, le rire aux lèvres. Dirait not’ Gaudot !

Planté devant elle avec son balancement de tête familier, il lui déclina le but de sa visite. Il venait chez elle comme il allait chez