Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/167

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


brides de son chapeau, et toutes deux, à pas pressés, se dirigèrent vers les Fanfares, en prenant par le sentier qui longe le derrière des habitations, pour n’être point remarquées des tapées de guenuches en train de faire la causette sur le pas des portes ou lantiponnant aux boutiques.

Clarinette fut prise d’un vif battement de cœur en apercevant la maison. Rien d’insolite toutefois au dehors ; Jacques, selon son habitude, avait ouvert les volets, balayé le trottoir, vidé à la rue les cendres du poêle ; et la porte ouverte béait sur les tables rangées en bon ordre. Comme elles montaient en hâte les deux marches, elles ouïrent un ricanement qui partait de la Marcotte. Clarinette tourna rapidement la tête, et, debout sur son seuil, vit l’éternel Patraque qui lui envoyait de la main un bonjour ironique. Mais elle ne songea pas cette fois à riposter. Presque sournoisement elle se faufila dans le café, à la suite de Zébédé. Dans la chambre du fond, la silhouette de Huriaux se détachait en noir sur la clarté des vitres, Mélie dans les bras. D’abord elle marcha assez bravement jusqu’au comptoir ; puis là, une peur soudaine lui coupant les jambes, elle se mit à traîner. Lui, cependant, dans son saisissement, était resté un instant immobile, les mains tremblantes, à la regarder venir, muet, très pâle ; et brusquement il lui tourna le dos, la tête à la fenêtre dont il avait soulevé le rideau, Mélie toujours contre lui.

Zébédé fit signe à Clarinette d’avancer ; elle se risqua alors, entra dans la chambre, tandis que la vieille allait à Huriaux et, lui touchant du doigt le bras, lui disait :

— C’est-i Dieu possible, m’fils, d’ se faire comme ça des misères quand on a si peu d’temps à viv’ ensemble ?

Il haussa les épaules sans répondre, sifflant entre ses dents. Mais elle insistait, et tout à coup il virevolta, à bout de longanimité, lui lâchant cette ordure :

— Toé, fous le camp, sacrée femelle !…

Puis, claquant la porte à ses talons, il monta au grenier avec l’enfant, des larmes de rage dans la gorge.

Zébédé était demeurée interloquée, un bras en l’air, dans l’attitude où l’avait surprise la grossière rebuffade de Huriaux. À l’enten-