Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/154

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en des pailles, pendu à une échelle ou collé contre la porte, avait surpris les fornications maternelles dans le bûcher, le courtil et le grenier, aurait bien voulu savoir si Clarinette était faite comme sa mère : mais les quatre mastoques qu’il guignait depuis une semaine pour s’acheter un piège à moineaux l’emportèrent sur sa curiosité, et d’un trait, les talons au derrière, il se mit à dévaler la pente, véloce comme un levron.

Créquion le guignait à la croisière.

— Où qu’i sont ?

— À l’moùson Huriaux.

— Ben sûr, ti les as vu entrer ?

— J’crois ben. Et i z’ont fermé l’huche d’sus eusse.

Les yeux roulants comme des billes, Patraque jubilait, un tremblement aux mains, ainsi qu’il lui arrivait quand, au soir, relevant ses lacets, il voyait gigoter un gibier prisonnier.

— Rotte comme un vent à l’usine, dit-il à Philibert. Attends qu’Capitte i passe su’ l’chemin : dis-li que s’n’ami Patraque est là sur le copet et qu’i venne rate. Dis-li qu’c’est pou’ un nid d’ mouchons dans l’bois.

Mais le morveux brandillait la tête sans bouger, tendant seulement la main :

— M’faut six mastoques dà.

— Cochon ! brigand ! t’en auras cinq.

— Non, six, et qu’ça soit to d’suite.

— Les v’là ! Fous le camp !

Les sols carillonnant au bout de ses doigts dans sa pochette, l’affreux drôle partit en courant, reluquant en idée, avec les deux mastoques de surcroît, un cuba en feuilles de marronnier et une rincée de schnick, tandis que Créquion, ingambe et sans une apparence d’asthme, arpentait à écorche-talon la montée en combinant son coup.

Comme Flibert arrivait aux grilles de Happe-Chair, la galopée de la sortie commençait dans les cours : par bandes, hommes et femmes sabotaient à travers le poudroiement enflammé de l’air, agaillardis par la délivrance, et un des premiers, avec son dandinement d’ours en cage, marchait le vaste Capitte, reconquis aux