Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/152

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


contint, lui parla beau pour qu’il fît un effort. Il se rencogna, secouant la tête cette fois avec impatience, et voyant bien qu’elle n’aurait pas raison de son obstination, elle lui lâcha à brusque détente, tranquillement :

— Ben, si c’est comme ça, j’irai, da.

Tout un plan s’était rapidement composé dans sa tête ; elle prendrait les devants ; Ginginet la suivrait ; une fois dans la maison, là-bas, volets clos, ils auraient des bonheurs. Elle n’eut plus alors qu’une idée, avertir Ginginet qui déambulait par le cabaret, en sifflant un air. Elle lui servit son café, s’enferma pour faire un bout de toilette ; et comme Jacques s’en allait lui pomper de l’eau, elle entrebâilla vivement la porte, des peignures dans les doigts :

— Qué j’té’ dise, m’coco. On ira là-bas à deusse. T’iras m’attendre au bout du Culot, chez Casaque, sais ben, Casaque, passé Malchair au Cul-du-Qu’vau. Oui, est-ce pas ? Bon, l’v’là qui vient. File t’à l’heure.

Ginginet acheva sa tasse à petites lapées, offrit un verre de cognac à Huriaux, puis, ayant réglé sa dépense, prétexta une affaire dans le village.

— Peut-être à demain, monsieur Jacques.

— À l’avantage, m’sieu Ginginet.

— Et mes compliments à mame Huriaux.

— S’habille. J’y manquerai pon.

Mais elle l’avait entendu, à travers la porte lui criait :

— N’soyez pu si long à venir, un’ aut’ fois !

Créquion, à son poste dans le grenier, crut un instant la partie perdue quand il le vit remonter la chaussée sans tourner le nez ; mais Clarinette s’étant montrée subitement sur le seuil, le chapeau en tête, il pensa à quelque rendez-vous au dehors, dans la campagne. Une fameuse aubaine, si c’était vrai ! Et pour être prêt à toute éventualité, il alla à l’escalier, appela Philibert, l’aîné de ses fils, qui, rentré de l’école, griffait son ardoise à la pointe de sa touche. Il lui enjoignit de ne pas bouger de la maison.

Un quart d’heure plus tard, Clarinette détalait à pas pressés, par le même chemin qu’avait pris Ginginet. Du coup ça y était.