Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/132

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


clientèle. Même c’était pour lui dire la nouvelle qu’elle était venue, pensant bien qu’il « ne prendrait pas de mauvaise part sa visite ». Comment donc ! mais il était enchanté, il soupirait après elle, il se croyait là, vrai ! lâché, oublié, remplacé par quelque autre dans ce petit coin de son cœur qu’il avait occupé un moment. — « Moi, vous savez, je suis toqué plus que jamais ! » À quoi elle répondit par une comédie d’œillades, lâchant dans un soupir le regret d’être mariée.

Lui, releva le mot : — « Mariée ! qué que ça fait ! » Au contraire, c’était une garantie mutuelle ! Puis il lui proposa de monter à sa chambre, en tout bien tout honneur, s’entendait, l’amorçant par la promesse de lui montrer des échantillons qu’il ne déballait que dans les très grands magasins.

Piquée par son vice, elle accepta. Ils avaient enfilé le vieil escalier sombre, lui cérémonieux, avec des façons polies et dégagées d’homme qui fait une affaire, elle tout amusée du danger qu’elle allait courir. Il commença par ouvrir ses marmottes, lui fit palper des batistes claires comme de la lune tissée ; et tandis qu’assise dans un nuage de blancheurs fines, elle écoutait travailler en elle les convoitises, il la frôlait de ses mains, l’étourdissait des flots de sa loquèle, lui révélait les dessous magnifiques des bourgeoises. Quand elle eut tout vu, il mit une prudente lenteur à replacer chaque chose en ses plis, referma avec méthode ses coffres et brusquement ensuite, la saisissant par les épaules, lui colla dans la nuque un gros baiser humide.

— Pas de ça, hein ! cria-t-elle.

Mais comme elle tournait la tête vers lui, riant de la chatouille que cette bouche vorace lui glissait sur la peau, il sauta à ses joues, lui mangea sa vie chaude d’une goulée. Elle ressentit la même blessure douce qu’elle avait connue autrefois, le jour où Huriaux l’avait forcée dans le champ, ne songea pas seulement à se reprendre, et l’œil vague, lascive et docile comme une taure, ouvrit son giron. Puis, côte à côte dans le lit saccagé, ils causèrent, comme mari et femme après le coup de force de l’amour. Il lui dit ses habitudes : il faisait ses tournées de clients dans une trentaine de villages. Quand il partait en campagne, il louait un