Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/128

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


moite. Comme ça valait mieux que tout, les menottes à bourrelets dont elle lui claquait les joues, le gigottement menu de ses cuissettes, les chatouilles que du bout du nez il lui passait sur le ventre, et ses pfou pfou de petite bête avide quand, poussant son bedon et trépignant de ses roses pétons, elle convoitait un objet ! L’amour même ne lui avait pas mordu les moelles avec une pareille force : entre homme et femme, on s’accouple, puis, bonsoir !

À la brune, cependant, Mélie consentit à réintégrer le berceau. Il la borda, la couvrit d’une serpillière de peur des mouches, puis profita des dernières clartés pour badigeonner un coin de l’étage. Mais des camarades étant entrés, il fut obligé de quitter trois fois de suite son échelle.

Sept heures sonnèrent : Clarinette n’était pas encore rentrée. Que diable pouvait-elle faire là-bas si longtemps ? Gaudot, qui, chaque soir à présent venait lantiponner un brin, en vidant une chope, eut tout à coup l’air de s’apercevoir de son absence.

— Bé ! Et not’ commère ? J’lai cor’ pon vue, fit-il en lâchant une bouffée.

— Ni moi, dit un autre. Elle est pon malade ?

Huriaux haussa les épaules, ennuyé.

— Va venir. À sûrement manqué s’train. Et Mélie qu’é va s’réveiller ! C’est du guignon !

Pour couper court aux explications, il fila à la cuisine, où une heure plus tôt, il avait mis cuire la garbure.

Il remarqua en ce moment qu’à la table de Gaudot, on avait baissé le ton des voix ; quelqu’un, aussitôt après, se mit à ricaner. Il regretta d’être sorti, eût voulu savoir ce qu’ils disaient. Mais, ayant fait un pas pour rentrer, brusquement il revint vers le poêle, pris d’une peur qu’on lui reparlât de Clarinette.

C’était par trop bête aussi la vie qu’elle lui faisait ! Il se rappela l’autre fois qu’elle était demeurée à la ville jusque près de minuit, avec la grande Philomène ; le cœur lui avait défailli à l’attendre ; pendant trois interminables heures, il avait cessé de vivre. Et il s’étonna de ne plus éprouver à présent qu’un embêtement vague de mari lanterné. Sûrement non, ce n’était plus la même chose qu’auparavant ; et il soupirait, regrettait le bon amour de leurs