Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


semblait redevenue la robuste ouvrière du passé, au temps où de l’épaule elle poussait les vagons à Happe-Chair. Il reprit confiance, confirmé dans son idée ancienne, que tout le mal était venu de la grossesse ; celle-ci enfin résolue, le futur lui apparut moins chargé d’ombre. Comme il la regardait trimer, sa jupe relevée jusqu’à la ceinture, pataugeant dans les savonnées, une faiblesse l’amollit. Il la prit par la taille, la cambra jusqu’à sa bouche, lui coulant en douceur :

— T’es eun’ bon’ femme, to d’même. Mettons que j’ai ren dit !

Clarinette, renversée dans ses bras, leva la tête et le vit très ému, avec une clarté humide dans l’œil. Se sentant de nouveau la plus forte, elle eut son bête rire de fille triomphante :

— Ti m’rendras la bourse ?

Le jour de l’ouverture, on les surprit en bon accord. Comme le comptoir n’avait qu’une pompe, à une heure de l’après-midi la tonne à laquelle cette pompe s’alimentait se trouva vide ; il fallut ajuster une tonne nouvelle. Depuis le matin, les tables ne désemplissaient pas : les Fanfares avaient donné au complet ; en outre, nombre