Page:Lemonnier - Félicien Rops, l’homme et l’artiste.djvu/55

Cette page a été validée par deux contributeurs.


V

Félicien Rops, l’homme et l’artiste 019.png

S’il lui fallait trouver des analogies au dehors, on seul bien qu’on n’a pas tout dit en nommant Gavarni et Daumier, même Daumier. Est-ce que dans la peinture du temps, il n’y avait pas eu quelqu’un qui, le premier, avait recherché les pâtes, les ragoûts, la belle substance, la morbidesse élastique, les accents fusinés, et qui, d’un art de grand peintre, au surplus, en broyant du Goya, du Ribera, du Hals dans sa couleur à lui, avait apporté une sensation d’ancienne maîtrise et de tradition renouvelée ?

Il est douteux que Rops connut Courbet pendant l’hiver que celui-ci vint passer à Bruxelles, Vers 1851 : il n’avait alors que dix-huit ans ; mais il avait pu voir les Casseurs de pierre et le Bassiste (violoncelliste) qui avaient pro-