Page:Lemonnier - Félicien Rops, l’homme et l’artiste.djvu/295

Cette page a été validée par deux contributeurs.





L’AMANTE DU CHRIST.