Page:Lemonnier - Félicien Rops, l’homme et l’artiste.djvu/277

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXI

Félicien Rops, l’homme et l’artiste 117.png

À travers le grand labeur et l’usure de la vie, Rops longtemps avait gardé un air de jeunesse éternisée. À quelqu’un qui s’étonnait, Théodore Hannon un jour lui entendit répondre de son rire narquois : « Cinquante ans d’inconduite, mon cher ! » Il garda le vertige de la vie par delà les limites de l’âge : à bien près de soixante ans, on la sent mousser encore, comme un vin nouveau, dans son mot charmant au doux et tranquille Rassenfosse : « le suis ivre de jeunesse. »