Page:Lemonnier - Félicien Rops, l’homme et l’artiste.djvu/245

Cette page a été validée par deux contributeurs.





LE PLUS BEL AMOUR DE DON JUAN.