Page:Lemonnier - Félicien Rops, l’homme et l’artiste.djvu/139

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chez Delâtre et qui depuis dirigeait, comme chef d’atelier, l’imprimerie Cadart. Ce petit homme souriant et blond, l’œil vif, flûtant son français en flamand


qu’il était, aussitôt s’installa. Ironie ! Ce fut la presse même du vieux maître Calamatta si houspillé par Rops, qui sortit des resserres de l’Hôtel