Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/78

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





JULES D’AURIAC


1854




Jules d’Auriac est né à Paris en 1854. Après avoir suivi pendant deux ans les cours de l’École des Chartes, il se fit recevoir avocat et entra ensuite dans l’administration. Il est actuellement sous-préfet de Loudéac (Côtes-du-Nord).

En 1880, Jules d’Auriac avait obtenu à un concours de l’Académie des Muses Santones une médaille d’argent pour un poème d’un charme intime, L’Idylle d’Hier, lorsque, deux ans plus tard, il obtint le premier prix pour un autre ouvrage, Poèmes d’Autrefois (1883). S’il prouvait ainsi qu’il avait plusieurs cordes à sa lyre, il montrait en outre qu’il avait le culte du souvenir. Les Poèmes d’Autrefois, sorte d’épopée dont le peuple français est le sujet, pourraient s’appeler « La Légende de la France. » L’auteur y procède par tableaux grandement espacés au point de vue chronologique, mais ces tableaux sont si bien choisis que leur enchaînement s’éclaire de lui-même à travers les siècles. On y voit l’âme de la Gaule s’épanouissant dès les premiers âges ; on y sent naître le génie de la France ; on y entend enfin la voix de l’immortelle Patrie. Si de l’ensemble on passe aux qualités de détail, on ne peut que louer la facture large et sévère de la poésie, l’allure mâle et ferme du style. Le vers, bien construit, aux rythmes variés, juste de ton, accomodé aux effets voulus, se soutient sans défaillance pendant tout le cours de l’œuvre.

Jules d’Auriac se trouvent chez A. Lemerre.

a. l.