Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





ROBERT CAZE


1853-1886




Robert Caze naquit à Paris, en 1854, d’une famille originaire du Languedoc. À dix-sept ans il s’engagea et prit part aux deux sièges de Paris : soldat pendant le premier, il devint, durant le second, secrétaire du délégué des Relations extérieures de la Commune. Réfugié en Suisse après le mois de mai 1871, il y fit paraître ses premiers vers, Les Poèmes de la Chair (1873), puis Hymnes à la Vie (1875). De retour à Paris, il publia Ritournelles (1879) et les Poèmes rustiques (1880). Il trouvait encore le temps de collaborer activement à plusieurs journaux et d’écrire quatre romans. Robert Caze venait de donner aux intimes deux plaquettes de vers, Les Parfums (1885) et Les Mots (1886), ainsi qu’un cinquième roman, lorsqu’il mourut des suites d’un coup d’épée : c’était son quatrième duel, et chaque fois il avait été grièvement blessé. Méridional, il avait toute la fougue de sa race. Sa vie ?... Une lutte incessante. — Son talent ?... Celui d’un sincère artiste réellement épris de l’ldéal. Nul doute que les curieux de lettres rechercheront pieusement les rarissimes volumes qui forment son œuvre poétique et les placeront à côté de ceux des meilleurs poètes de sa génération.

Les vers de Robert Caze ont été édités à Paris chez Sagnier, puis à Delémont (Suisse) et de nouveau à Paris cher Sandoz et Fischbacher.

Rodolphe Darzens.