Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/237

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
217
EUGÈNE LE MOUËL.


Jan, le dernier, chanta : Moi, j’irai sur les flots ;
La mort, qui rôde autour, me prendra petit mousse ;
Dieu ne laisse vieillir que peu de matelots ;
Bien avant qu’on vous fasse une tombe de mousse,
               Je serai sous la mer qui mousse !

                         Iou, iou,
               La lande est belle et l’on est fou,
               La ronde tourne on ne sait où,
                              Iou !


(Bonnes Gens de Bretagne)