Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/195

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





JEANNE LOISEAU


(DANIEL LESUEUR)


1858




Mademoiselle Jeanne Loiseau, a publié de nombreux romans, sous le pseudonyme de Daniel Lesueur. C’est même ce nom-là qu’elle a choisi pour signer l’un de ses volumes, moitié prose et moitié vers : Un Mystérieux Amour. Une seule page ouverte au hasard dans l’œuvre déjà considérable de cette jeune femme suffit pour révéler son immense talent. Tout en elle découvre un esprit d’une essence véritablement supérieure ; au moindre geste se trahit la déesse.

Comme bien peu de ses contemporains, Mlle Loiseau s’élève tout naturellement, sans effort, même dans les poésies les plus passionnées, jusqu’à l’idée générale. — Quand elle chante, elle rend l’âme humaine, tout en traduisant avec sincérité ses impressions personnelles. Interpréter les sentiments de tous, porter quelque chose de l’humanité dans son propre cœur, voilà ce qui distingue avant tout [écrivain du simple homme de lettres, et ce que l’on trouve, à un degré surprenant, chez Mlle Loiseau.

Penseur et artiste, elle fait preuve, pareillement, surtout dans la partie philosophique d’Un Mystérieux Amour, de connaissances aussi précises qu’étendues. Deux sonnets : La Lutte pour l’Existence et La Voix des Morts, résument, sous la forme la plus belle, deux théories qu’exposent moins sûrement les longs volumes des philosophes de profession.

Schopenhauer avait trouvé son poète en Mme Ackermann ; Darwin possède le sien, inférieur à nul autre, en Mlle Loiseau, qui, après avoir