Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Psychologie contemporaine ont affirmé en Paul Bourget un écrivain de premier ordre, un moraliste plutôt qu’un critique. Tout le monde a lu ses romans, si féminins et si virils à la fois, « dont les grands événements sont des pensées » : L’Irréparable, Un Crime d’Amour, Cruelle Énigme, André Cornélis, et cet amer chef-d’œuvre, Mensonges. Prose ou vers, l’œuvre est une : c’est l’enquête émue et subtile sur la vie de sentiment des générations contemporaines de l’auteur. Elle est dressée par un témoin en qui elles se reconnaissent ; cest pourquoi les jeunes femmes et les jeunes hommes sont venus d’abord à lui et ont propagé en si peu de temps sa chère et éclatante renommée.

Les œuvres de Paul Bourget sont publiées par Alphonse Lemerre.

Auguste Dorchain.


____________



LA CHAPELLE





La chapelle est tapie au creux d’un grand rocher.
La croix de fer doré brille en haut du clocher,
Le porche en bois est plein de sculptures antiques,
Où des saints douloureux et des anges mystiques
Charment les cœurs dévots depuis quatre cents ans.

Les dimanches, c’était un flot de paysans
Qui tous portaient la veste ancienne en bure bleue.
Ils avaient pour venir marché plus d’une lieue ;
La poussière couvrait leurs guêtres de cuir brun ;
Le noir chapeau de feutre en arrière, un par un
Ils sortaient. Puis venait, en bonnet de dentelle,
La femme qui conduit ses enfants devant elle,
Le chapelet aux doigts, d’un air calme et pieux ;
— Et les cloches chantaient doucement vers les cieux. —

Et moi, je m’étais fait une habitude exquise
De vous attendre au seuil de la petite église